L’ostéopathie

Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est une technique douce pour traiter les douleurs fonctionnelles. Je vous entends d’ici: « mais qu’est ce que c’est, les douleurs fonctionnelles »?

Pour faire simple, ce sont toutes les situations où vous avez mal, mais vous n’êtes pas malade.

Vous vous souvenez de la dernière fois que vous êtes revenu des courses, et que vous vous êtes blessé en soulevant un sac ? Vous avez eu mal pendant trois semaines, et ça vous a gâché vos vacances. C’est typiquement ça, une douleur fonctionnelle.

Rien n’est abîmé, la radio est normale et pourtant il y a un dysfonctionnement, qui fait que vous avez mal et qu’il vous est impossible de vous redresser. C’est le principe de la dysfonction ostéopathique. Il y a une suite de tensions qui empêchent vos articulations de bouger normalement, et qui mettent en difficulté vos ligaments, muscles, fascias et organes.

Quand il y a un blocage, c’est souvent le corps qui a eu peur, et qui a préféré tout verrouiller pour être sur que ça ne casse pas. C’est plutôt réussi, en revanche c’est assez peu pratique au quotidien.

Quelle est la logique de votre ostéopathe ?

L’objectif de l’ostéopathe est donc de vous aider à remettre du mouvement, en se posant la question qui est essentielle: pourquoi y a-t-il eu une surtension à cet endroit, au point de tout bloquer?
Cela implique de regarder l’ensemble du corps et ses tensions.

Débloquer la zone douloureuse sera satisfaisant dans un premier temps, mais cela ne résout pas le problème. Si l’origine de la tension n’est pas traitée, la même douleur peut réapparaître quelques semaines plus tard, cette fois en soulevant votre bébé par exemple.

Tout est lié!

Il faut comprendre que dans le corps, tout est lié.

Par exemple :

  • Sur une même vertèbre s’insèrent de nombreux muscles qui rayonnent sur plein d’autres structures.
  • Les organes ne lévitent pas dans la cavité abdominale, ils sont reliés entre eux par des ligaments, et ils sont fixés aux os alentours.
  • Contrairement aux artères, les veines ne sont pas pulsatiles, elles se servent donc de tout ce qui est autour, comme les contractions musculaires, pour faire progresser le sang vers le cœur.

Le mouvement, c’est la clé!

Le corps est dans un équilibre fragile. Cela permet donc de concevoir plus facilement que si une structure (os, ligament, muscle, organe..) ne bouge pas comme prévu, cela va immédiatement créer un petit déséquilibre, qui va se propager à l’élément suivant, puis à l’élément suivant, puis au suivant, etc.

Comme le corps est bien fait, pour contrer ce déséquilibre et continuer de fonctionner, il met en place une compensation. C’est un mécanisme simple visant à contrecarrer la dysfonction, pour continuer d’évoluer le plus normalement possible. Quand tout va bien, la compensation fonctionne, et il n’y a pas de problème. Seulement un jour, il y a un élément qui perturbe le système, et il commence à avoir du mal à compenser, cela crée une petite gène, puis il y a le mouvement de trop : c’est le drame, on a mal ou on se retrouve bloqué.

Je donne volontairement un exemple limité aux muscles et vertèbres, en revanche cela s’applique à toutes les structures du corps, que ce soit un organe (foie, estomac, utérus…) ou des ligaments.

On comprend donc que le mouvement est la clé. Si tout bouge bien, que les relations entre les éléments du corps sont harmonieuses, cela ne laisse pas de place au blocage.

La vertèbre déplacée, ça n’existe pas!

Beaucoup de gens disent « je me suis déplacé une vertèbre » ou « mon ostéo m’a remis le bassin en place ». Ce sont des abus de langage. Si vous avez une vertèbre déplacée, vous êtes à l’hôpital avec un médecin. Les douleurs fonctionnelles sont plus de l’ordre du verrouillage du mouvement, ou d’un défaut de maintien. Cette deuxième possibilité vous emmène souvent chez le kiné, pour stimuler les muscles, et recréer une stabilité. À aucun moment il n’y a quoique ce soit de déplacé.

Quels sont les motifs de consultation principaux?

  • les classiques douleurs de dos, lombaires, dorsales, cervicales
  • les maux de tête
  • les vertiges
  • le bruxisme (serrage de dents)
  • les névralgies d’Arnold, du trijumeau…
  • les douleurs articulaires, musculaires
  • les douleurs costales, diaphragmatiques
  • les entorses
  • les douleurs à la marche
  • les douleurs digestives, brûlures, intestin irritable, gonflement abdominaux
  • les gènes urinaires (cystites sans germes, tensions urinaires)
  • l’endométriose, SOPK
  • les douleurs de règles
  • les troubles de fertilité
  • les douleurs de grossesse
  • préparer la mobilité pour un accouchement
  • les douleurs de post partum
  • les séquelles d’accouchements (ventouses, forceps, bébé resté coincé longtemps…)
  • les plagiocéphalies et les cotés préférentiels
  • les reflux et coliques des nourrissons

La liste peut-être longue ! Toute gêne, inconfort ou douleur n’étant pas pathologique peut rentrer dans le cadre de l’ostéopathie. Pour pl

Dans le cas de pathologies définies et diagnostiquées par un médecin, l’ostéopathie peut aider pour s’adapter et gagner en confort, en revanche il s’agit d’une évaluation au cas par cas, en concertation avec le monde médical. Une fois le diagnostic et le plan de traitement médical faits, il est possible d’accompagner en ostéopathie sur de nombreuses pathologies.

ATTENTION: il est capital de rappeler que l’ostéopathe n’est pas médecin, et que l’ostéopathie ne peut se substituer à un suivi médical régulier. Seul votre médecin est habilité à prescrire des examens complémentaires et à poser un diagnostic. Votre ostéopathe n’a pas le droit de modifier votre traitement médical.

En conclusion:

L’ostéopathie est une technique manuelle douce globale, utile à tout âge, permettant d’agir sur les douleurs fonctionnelles, en redonnant du mouvement et en rétablissant l’équilibre de tout le corps.

Si vous souhaitez découvrir l’histoire de l’ostéopathie depuis les USA au 19ème siècle, jusqu’à aujourd’hui et les différents courants, je vous en parle ici!

Retour en haut